Tabac et cigarettes électronique
Publié le - 1197 v. -

La e-cigarette plus cancérigène que le tabac ?

Depuis l’apparition de la toute première cigarette électronique, celui-ci est considéré comme l’alternative parfaite aux cigarettes dont on a cité maintes et maintes fois les effets négatifs sur la santé. Mais ce remède miracle ne serait pas si parfait qu’il n’y parait, selon l’étude menée par une université américaine. En fait, elle serait même encore plus cancérigène qu’une cigarette classique.

La présence de substances cancérigènes n’a jamais été un secret

Depuis sa création, on n’a jamais caché que le liquide qui devait créer la vapeur à inhaler contenait des substances cancérigènes, mais à quantité vraiment très moindre par rapport à ceux contenus dans la cigarette classique. Mais c’est cette affirmation que certains universitaires de Portland mettent en doute. Ces derniers affirment que le fameux liquide, chauffé à une certaine température, ou plus correctement soumis à un certain voltage (5,5 volts), serait dix à quinze fois plus cancérigène encore. C’est à ce voltage là que la e-cigarette se met à produire une quantité de formaldéhyde (l’agent responsable du cancer) plus importante que son homologue « traditionnelle ».

Une affirmation qui a aussi ses détracteurs

La e-cigarette a également ses défenseurs, notamment le professeur Peter Hajek qui dirige la division sur le tabagisme à la faculté de Médecine à Londres. Bien qu’il ne conteste pas les affirmations des universitaires américains, il décrète toutefois que l’on analyse les faits dans leur contexte. Le voltage adéquat pour pouvoir vapoter (fumer une e-cigarette) est de 3,3 volts. Si on reste dans ce voltage là, les substances cancérigènes que l’on inhale sont infimes. Même s’ils sont plus nombreux à 5,5 volts, Monsieur Hajek, avec l’appui de nombreux vapoteurs, assure que la e-cigarette chauffée à cette température ne peut tout simplement pas être fumée.