Tabac et cigarettes électronique
Publié le - 1622 v. -

La e-cigarette devant le parlement européen

Les dernières statistiques ont confirmé qu'actuellement la France détient un pourcentage non négligeable de vapoteurs par rapport à l'Europe toute entière.

La confirmation des représentants légaux de l'Office Français de Prévention du Tabagisme confirme que l'e-cigarette représente une petite nocivité et un potentiel additif mais cent à mille fois moins grand que la cigarette classique.

Cependant l'utilisation de la cigarette électronique a atteint un niveau important et a incité les députés européens à se pencher sur une proposition de médicaliser le produit. Le statut de ce composant électronique sera voté et promulgué pour les vingt prochaines années à venir dans le cadre de la directive sur les produits du tabac.

Le but préconisé est de contrôler la vente de ce produit qui doit rester médicalement comme outil de sevrage. Les ventes ne seront plus libéralisées et se feront uniquement en pharmacie. Des autorisations de mise sur le marché seraient aussi obligatoires pour les composants du liquide consommé par le vapoteur comme le taux de nicotine et le choix des arômes

 
Conscients que cet vote restreindra le choix du vapoteur et augmentera davantage le prix de la cigarette électronique au niveau du fabricant et par conséquent au niveau du consommateur, les vapoteurs ont organisé une manifestation sous l'égide de leur association indépendante pour remettre une pétition pour un examen neutre de cette nouvelle alternative au tabac au Parlement Européen avant la signature de son projet de loi.